Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 août 2014 3 20 /08 /août /2014 01:40

Le trio donnera un spectacle, le 14 septembre prochain, dans la prestigieuse salle française

x_maleya-copie-2.jpg

C’est au cours d’un concert de deux heures, que le groupe X Maleya va se produire pour la première fois, dans l’une des salles de spectacle les plus

 

convoitées du monde en général et de la France en particulier. Un rêve devenu réalité, après neuf années de collaboration et de travail. Cité par le quotidien public Cameroon Tribune, dans son édition du 19 août, l’auteur compositeur du groupe, Auguste Rim, confie: « Nous sommes sereins. Nous n’arrêtons pas de travailler. Pour nous, c’est un rêve qui se réalise et il ne faut pas que nous passions à côté. C’est une bonne chose pour nous d’entrer dans l’histoire de la musique camerounaise. Paris va vibrer à notre rythme le 14

 

septembre.»

Les membres du groupe restent confiants quand à leur prestation à l’Olympia. «Tout est fin prêt pour le spectacle à l’Olympia. Nous marquerons la scène. Les appareils sont déjà disponibles. Il ne reste plus qu’aux artistes que nous sommes de donner le meilleur de nous-mêmes. L’Olympia est une bonne vitrine pour le Cameroun. Il faut donc faire honneur à notre pays et également à la jeunesse camerounaise que nous représentons. C’est un défi à relever pour nous », estime le chanteur Roger Samnig.

Une belle histoire
Les deux Camerounais d’origine du trio, Samnig et Rim, se sont rencontrés sur les bancs du lycée, et partagent alors la même passion. Très vite, la collaboration s’installe. Haissama, le métis de père américain et de mère franco-camerounaise, arrive quelque temps après. Un mélange de cultures camerounaise (Bassa) et occidentale (français et anglais) qui meublent leurs différents titres.

Au bout de neuf années de collaboration, les X-Maleya ont fait vibrer leur public camerounais et étranger, avec quatre albums à leurs actifs, dont cinq récompenses: 3 Canal d’Or; 3 RTSAwards; 1 Mvet d’or (CRTV Radio); 2 PlanetStarAwards (CRTV TV); 1 Kunde (Burkina Faso).

Chanter à l’Olympia, l’un des rêves les plus chers des artistes cameorunais, s’était déjà réalisé pour certains. Car bien avant les X-Maleya, nombreux sont ceux qui ont fait valoir leur talent dans cette salle mythique. Anne Marie Nzie en 1974, en faisant la première partie de la chanteuse, pianiste compositrice américaine, Nina Simone. Manu Dibango, qui bat tous les records, en s’y produisant cinq fois, comme tête d’affiche et plusieurs autres fois comme accompagnateurs ou invité. Le 5 décembre 2000, Yannick Noah fait la première partie de David Halliday. Mais l’ancien tennisman ne se contente pas de ce premier passage. Il enchaine des apparitions le 2 juillet 2001 et 2002, d’autres passages s’en suivront. Le bassiste Richard Bona, s’y produit le 19 décembre 2005, et le 3 juillet 2006, il revient pour une soirée de jazz. D’autres suivront ses pas, comme George Seba, pour le compte de l’association Solidarité enfant Sida en 2008. Elvis Kemayo y a également chanté.

Repost 0
Published by EBOULE SAMUEL - dans X MALEA
commenter cet article
10 mai 2011 2 10 /05 /mai /2011 17:58

arton892-69e38.jpg

Sous la houlette de Pit Baccardi, le trio camerounais vient de sortir son troisième opus, «Tous ensemble». Toujours fidèle à son style

 

S’il avait fallu rem1305014729403.jpgplacer l’hymne du Cameroun, ces deux dernières années, cela aurait été probablement avec une chanson de leur album, tellement il avait séduit. Qui n’a pas dansé sur du «Yélélé», ou fredonner des notes de «Mota Sawa», reprise d’un classique de feu Eboa Lotin ! Cette année, le groupe signe son retour dans les bacs, avec un troisième album, «Tous ensemble», produit sous le label «Empire Company» du rappeur Pit Baccardi. Le premier single «Tchokolo» fait déjà parler de lui sur le réseau social facebook et sur quelques sites internet Camerounais. Avec à chaque fois, la mention «Exclusivité». C’est que le nouvel album du groupe n’a été officiellement mis dans les bacs que ce lundi 9 mai 2011, comme l’annonçaient depuis plusieurs semaines les affiches que l’on peut voir dans les artères des villes du pays.

 

Du texte, des featuring et de l’ambiance
L’opus compte onze titres, dont deux instrumentaux. Premier constat, le boys band a gardé sa marque de fabrique, son style. Des paroles qui percent, des ambiances puissamment festives sur un son lourd et métissé, entre makossa, rap et rnb. L’autre particularité, ce sont les collaborations, et pas des moindres, que l’on note sur cet album. D’abord avec Pit Biccardi, inséparable du groupe depuis la première collaboration sur le remix du titre «Yélélé». Le rappeur camerounais qui réside en France est intervenu sur le titre «Son me», dans lequel les artistes interpellent ceux qui parlent dans leurs dos et fustigent la jalousie, la haine qui habitent les hommes, tout en avertissant que les jaloux vont périr. Si tu parles dans notre dos, c’est qu’on est devant toi chantent-ils; Et «Ndolo 2», suite logique de l’histoire que le groupe avait entamé dans le précédent album avec «Ndolo», autre gros succès à son époque. Autre featuring de poids qui fera sans doute couler ancre et salive, celui avec le rappeur franco-congolais Passi sur le titre «Tous ensemble», qui prête son nom à l’album et dans lequel Passi dévoile les bienfaits et le pouvoir d’union que possède la musique, au-delà des frontières.

 

La variété des genres de cet album se vérifie aussi par le très doux «Bisai», une reprise du premier album, sur lequel le slameur Stone donne la réplique à X Maleya sur un profond piano, une voix qui déclame l’amour d’un père et d’une mère et fait ressortir toute la sensibilité et la puissance des voix de Roger et Auguste. Sous la guitare de Hais, «le blanc du clan». En bref, les thématiques de cet album tournent autour de l’amour (Ndolo 2, Il n’y a plus moyen), l’argent (Faut du Cash), les relations humaines et l’on y ressent toujours ce grand besoin de faire la fête… tous ensemble. L’album a été enregistré dans les studios Lacote à Yaoundé et Ferber à Paris, mixé par Leny Bidens au studio Marcadet à Paris, avec la participation de Ruben Binam au piano, Noel Ekwabi et J.P Lietcheu à la basse, et Wilfried Etoundi à la guitare. Après «Yélélé», voici venu «Tchokolo», bien parti pour être le nouveau refrain que fredonneront les mélomanes dans les prochains jours. Egalera t-il le premier ? Difficile d’y répondre pour l’instant!

Repost 0
Published by CAMEROUN STAR - dans X MALEA
commenter cet article

Présentation

  • : camerounstar
  • camerounstar
  • : ICI POUR PUBLIER TOUS SUR LES ACTUALITES DES STARS CAMEROUNAIS (E) SANS EXCEPTION. N'EXISTE PAS A T'ABONNER
  • Contact

Profil

  • EBOULE SAMUEL
  • JEUNE CAMEROUNAIS INNOVANTEUR DE LA CULTURE
CAMEROUNAISE.
EBOULE SAMUEL EST MON NOM ET TU PEUX ME RETROUVER SUR FACEBOOK GRACE A CE NOM.
  • JEUNE CAMEROUNAIS INNOVANTEUR DE LA CULTURE CAMEROUNAISE. EBOULE SAMUEL EST MON NOM ET TU PEUX ME RETROUVER SUR FACEBOOK GRACE A CE NOM.

Recherche

Liens