Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 mai 2011 4 12 /05 /mai /2011 00:09

Yann Songo’o. Le fils de l’ancien international camerounais s’est révélé comme le joueur le plus courageux à la Can junior 2011.

Nous sommes le 29 avril 2011 au Kempton Park Sport Complex, le terrain où les Lionceaux du Cameroun doivent prendre part à une séance de décrassage. Aprimages.jpgès la victoire sur l’Egypte aux tirs aux buts la veille, en demi-finale.

Martin Ndtoungou Mpilé, l’entraîneur national regroupe les joueurs et leur adresse ses félicitations pour cette victoire sur l’Egypte. Parmi ceux qu’il félicite particulièrement, il y a Jean Komguep Efala, le gardien de buts, pour ses arrêts décisifs, mais surtout Yann Songo’o. « J’ai apprécié, dit Martin Ndtoungou Mpilé, ton sang froid et ta concentration au moment de tirer le premier penalty. Si tu l’avais manqué, on aurait dit que j’ai fait un mauvais coaching ».

La victoire du Cameroun sur l’Egypte en demi-finale est passée par l’épreuve dite « des nerfs » : les tirs aux buts. Les deux équipes s’étant séparées après prolongations sur un score nul (0-0). A la 119ème minute de jeu, l’entraîneur du Cameroun fait rentrer le joueur de l’équipe réserve de Real Zaragoza. C’est lui qui prend la responsabilité du premier tir et place le ballon hors de portée d’Ahmed Naser El Shenawi, le gardien égyptien : « Poteau gauche interne », disent les spécialistes. « C’est un exercice qu’il a toujours réussi aux entraînements », reconnaît Engelbert Mbarga, le coach-adjoint.

Le fils de l’ancien gardien de buts des Lions Indomptables est un joueur polyvalent. « Je peux jouer, confie-t-il, dans l’axe central de la défense comme sur le côté droit. Lorsque je joue comme milieu récupérateur, je me sens à l’aise. Mon poste habituel, c’est défenseur central, mais avec la volonté, on peut jouer partout ». Au cours du dernier match de groupe contre le Ghana, le joueur de 19 ans a disputé toute la rencontre comme milieu récupérateur. Le match nul (1-1) réalisé par le Ghana l’a bouté hors de la compétition. Yann fait partie des joueurs camerounais à avoir signé cette élimination du champion d’Afrique et du monde en titre, par sa présence dans le jeu. Son objectif, malgré des écueils, est clair : « Faire une saison complète avec la première équipe professionnelle en Liga. Gagner une place de titulaire surtout. Ceci me permettra d’être en pleine forme au moment de la Coupe du Monde. Les Espagnols ont voulu que je joue avec la sélection espagnole, mais mon souhait, c’est de faire avancer le pays à mon niveau ». Son père va continuer à jouer le rôle de guide. « Mon père, avoue-t-il, sait que j’ai beaucoup de caractère. Il ne manque pas souvent de me guider et de me remettre sur le droit chemin ».

Repost 0
Published by CAMEROUN STAR - dans YANN SONGO'O
commenter cet article
12 mai 2011 4 12 /05 /mai /2011 00:04

C’est peut-être le coup dur de cette fin de saison. Touché aux adducteurs lors de la finale de Coupe de la Ligue, Stéphane Mbia ne jouera peut-être plus sous le maillot marseillais cette saison. Sans l’international camerounais, Marseille a encaissé six buts depuis lstephane-mbia_9926_w250.jpge 23 avril. "On connaît son importance dans l’effectif, maintenant on doit être capable de pouvoir évoluer sans lui, montrer qu’on a un groupe de qualité, a déploré Steve Mandanda, le gardien de l’OM. Ça ne peut pas être en raison de l’absence d’un seul joueur qu’on est moins bien."

Repost 0
Published by CAMEROUN STAR - dans stéphane mbia
commenter cet article
10 mai 2011 2 10 /05 /mai /2011 18:08

Série noire. Dimanche, les Nassara ont perdu pour la troisième fois consécutive.

C’est un moment qui en a attristé beaucoup au stade de la Réunification de Douala. Alors qu’on joue, ce dimanche 8 mai 2011, la 89ème minute de l’affiche de Mtn Elite One Union de Douala-Yong Sport de Bamenda, les locaux encaissent un but assassin.

A la suite d’un contre rapide, Tagne Fotso, entré en jeu à la 72ème minute, profite d’un mauvais dégagement de la défense de l’Union pour envoyer le cuir dans les filets de Janvarton892-69e38-copie-1.jpgier Mbarga. 1-0 pour Yong Sport Academy. L’Union est menée alors même qu’elle avait pris le contrôle de la partie.

Les entrées de Edoa Nga, Mintya et Bissi avaient pourtant redonné du tonus à son secteur offensif. Les attaques s’étaient multipliées et Edoa aurait ouvert la marque à la 75ème minute s’il n’avait eu la mauvaise idée de tenter une aile de pigeon au moment de conclure. Au finish, la défaite. La deuxième consécutive en championnat. La troisième, si l’on prend en compte  la contre-performance (0-1 contre le club d’Elite Two, Sahel de Maroua) qui la boute hors de la coupe du Cameroun dès les seizièmes de finale.  

De mauvais résultats qui, s’ils peuvent surprendre, n’en sont pas moins logiques. Car les « vert-blanc » de la capitale économique sont méconnaissables sur le terrain depuis la 16ème journée. Alors qu’ils étaient donnés favoris devant le Caïman de Douala, les Unionistes avaient été contraints au partage de points (0-0). Non sans avoir servi au public massé dans la « cuvette de Bépanda » un spectacle insipide. Même la victoire de la 16ème journée remportée (1-0) devant Scorpion de Bé, promu cette saison, n’avait pas rassuré les aficionados de l’Usd.

Ils ont davantage déprimé lorsque les leurs sont tombés (2-0) devant Cotonsport de Garoua lors de la 17ème journée.
Le gros problème de l’Union sportive de Douala est son attaque. Elle est demeurée muette depuis son succès du 17 avril contre Scorpion. Il y a du mou dans ses meilleures gâchettes depuis déjà trois matches. Ce qui n’est pas pour permettre à « Kamakai » d’améliorer son classement. Bien au contraire. L’équipe du président général Faustin Domkeu chute. Elle abandonne la 3ème place acquise de haute lutte et devient 5ème. Une petite désillusion pour ce club qui espérait enfin remporter le titre de champion du Cameroun après lequel il court depuis maintenant 21 ans.

Pierre Arnaud Ntchapda

 

Fiche technique :

Dimanche 8 mai 2011
Stade de la Réunification de Douala
Mtn Elite One
18ème journée

Officiels : A : Effa Essouma A1 : Dourigna Claude A2 : Ebalé Zé 4ème A : Fotso Gérard Com : Massing Benjamin
Coordonnateur général : Ndoumbè Léa François
But : Tagne Fotso (89’)
Temps additionnel : 1+2
Avertissements : Nguemaleu (70’) pour Union ; Nkanbfu (40’), Siyen (65’) et Komè (90’) pour Yong Sport   
 
Union Sportive de Douala
 16- Mbarga 5- Nguemaleu (cap) 10- Tchouadem 11- Boma Liliba 2- Mengaptche 13- Moundi  27- Nsanguè Nsia 8- Bakindè (71’Mintya) 24- Ntombè (56’ Bissi) 7- Orock (64’ Edoa) 3- Lock Remplaçants : 30- Edoa 6- Mintya 17- Nyamsi 20- Bissi 18- Fai 9- Tchoubia 1- Kamani Entraîneur : Maurice Mpondo
 
Yong Sport Academy de Bamenda
 22- Bassilekin  (cap) 14- Tah Nivan 27- Dooh Moukoko 20- Kout 28- Siyen 17- Bomgnyang 4- Njayou Mouliom 24- Nkambfu 11- Boyomo (52’ Enanombel) 23- Bwendé 21- Kenmoé (72’ Tagne Fotso) Remplaçants : 16- Komè 10- Deugoué 9- Tagne Fotso 7- Daouda Alim 30- Mapoka 13- Tami 5- Enanombel Entraîneur : Jean-Baptiste Toguem

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by CAMEROUN STAR - dans MTN ELITE ONE
commenter cet article
10 mai 2011 2 10 /05 /mai /2011 17:58

arton892-69e38.jpg

Sous la houlette de Pit Baccardi, le trio camerounais vient de sortir son troisième opus, «Tous ensemble». Toujours fidèle à son style

 

S’il avait fallu rem1305014729403.jpgplacer l’hymne du Cameroun, ces deux dernières années, cela aurait été probablement avec une chanson de leur album, tellement il avait séduit. Qui n’a pas dansé sur du «Yélélé», ou fredonner des notes de «Mota Sawa», reprise d’un classique de feu Eboa Lotin ! Cette année, le groupe signe son retour dans les bacs, avec un troisième album, «Tous ensemble», produit sous le label «Empire Company» du rappeur Pit Baccardi. Le premier single «Tchokolo» fait déjà parler de lui sur le réseau social facebook et sur quelques sites internet Camerounais. Avec à chaque fois, la mention «Exclusivité». C’est que le nouvel album du groupe n’a été officiellement mis dans les bacs que ce lundi 9 mai 2011, comme l’annonçaient depuis plusieurs semaines les affiches que l’on peut voir dans les artères des villes du pays.

 

Du texte, des featuring et de l’ambiance
L’opus compte onze titres, dont deux instrumentaux. Premier constat, le boys band a gardé sa marque de fabrique, son style. Des paroles qui percent, des ambiances puissamment festives sur un son lourd et métissé, entre makossa, rap et rnb. L’autre particularité, ce sont les collaborations, et pas des moindres, que l’on note sur cet album. D’abord avec Pit Biccardi, inséparable du groupe depuis la première collaboration sur le remix du titre «Yélélé». Le rappeur camerounais qui réside en France est intervenu sur le titre «Son me», dans lequel les artistes interpellent ceux qui parlent dans leurs dos et fustigent la jalousie, la haine qui habitent les hommes, tout en avertissant que les jaloux vont périr. Si tu parles dans notre dos, c’est qu’on est devant toi chantent-ils; Et «Ndolo 2», suite logique de l’histoire que le groupe avait entamé dans le précédent album avec «Ndolo», autre gros succès à son époque. Autre featuring de poids qui fera sans doute couler ancre et salive, celui avec le rappeur franco-congolais Passi sur le titre «Tous ensemble», qui prête son nom à l’album et dans lequel Passi dévoile les bienfaits et le pouvoir d’union que possède la musique, au-delà des frontières.

 

La variété des genres de cet album se vérifie aussi par le très doux «Bisai», une reprise du premier album, sur lequel le slameur Stone donne la réplique à X Maleya sur un profond piano, une voix qui déclame l’amour d’un père et d’une mère et fait ressortir toute la sensibilité et la puissance des voix de Roger et Auguste. Sous la guitare de Hais, «le blanc du clan». En bref, les thématiques de cet album tournent autour de l’amour (Ndolo 2, Il n’y a plus moyen), l’argent (Faut du Cash), les relations humaines et l’on y ressent toujours ce grand besoin de faire la fête… tous ensemble. L’album a été enregistré dans les studios Lacote à Yaoundé et Ferber à Paris, mixé par Leny Bidens au studio Marcadet à Paris, avec la participation de Ruben Binam au piano, Noel Ekwabi et J.P Lietcheu à la basse, et Wilfried Etoundi à la guitare. Après «Yélélé», voici venu «Tchokolo», bien parti pour être le nouveau refrain que fredonneront les mélomanes dans les prochains jours. Egalera t-il le premier ? Difficile d’y répondre pour l’instant!

Repost 0
Published by CAMEROUN STAR - dans X MALEA
commenter cet article
10 mai 2011 2 10 /05 /mai /2011 00:55

Aux confrères de Cultures des artistes, le Camerounais Manuel Wandji "Wambo" se défoule sur l'Affaire "Culture Mboa" qui l'oppose depuis quelques temps à Ruben Binam, son partenaire d'affaires. Ceci n'est que la version de Wambo. Par la suite, nous publierons la mise au point de Ruben Binam. Déjà, une enquête équilibrée vous a déjà été proposée dans cette même rubrique Culture de Camerpress.

 

 

Interview:

Pour celles et ceux qui ne vous connaîtraient pas, pouvez-vous leur faire une brève présentation ?

Je suis né en France d’un père camerounais et d’une mère française. J’ai grandi au Cameroun à partir de l’âge de 8 ans avant de revenir en France pour les études… que j’ai vite abandonné pour me destiné à l’art ! J’ai donc commencé la musique au Cameroun bercé par les musiques urbaines et traditionnelles et les sons de la forêt équatoriale… ce qui a influencé énormément ma musique et mes productions.

Votre petit nom est « Wambo » que signifie-t-il et pourquoi ? Nous savons que vous le portez depuis le Lycée Leclerc de Yaoundé.

J’ai effectivement hérité de ce surnom durant ma scolarité dans ce lycée… pour remettre les choses dans leur contexte (c'est-à-dire les années 70) les enfants entendaient parler des maquisards Ernest Ouandjié, de Wambo le courant … le raccourci était vite fait ! ce n’est que des années plus tard que j’ai compris le sens profond et l’histoire de mon surnom… et comme je suis un peu rebelle dans l’âme, je l’ai gardé !

Vous avez plusieurs casquettes dans le métier nous le savons. Mais quel est votre rapport à la musique ?

Je suis effectivement musicien-chanteur-producteur-compositeur…. Mais je me sens tout d’abord artiste dans le sens large et intellectuel du mot. L’amour pour la musique a toujours été très fort chez moi. J’aime profondément les rapports avec les autres artistes et leurs diversités… elle enrichit tellement l’art !

Si vous devriez dessiner votre cartographie musicale à ce jour, comment la résumeriez-vous ?

C‘est vrai que je suis quelqu’un de plutôt actif et entreprenant… après avoir longtemps accompagné de grands artistes africains tels que Ray Léma, Papa Wemba ou Geoffrey Oryéma , j’ai ressenti l’envie de composer, produire ma propre musique ou celle des autres. Et face aux difficultés que nous avons en Europe et aux Etats-Unis avec les labels de « World Music » pour se faire produire et se faire accepter tel que nous sommes, j’ai monté mon propre label et studio d’enregistrement (Wambo productions). L’indépendance artistique a toujours été mon leitmotiv. C’est dans cet état d’esprit que j’ai produit les 2 premiers albums d’Henri Dikongué avec le succès international qui a suivi. Je réalise aussi, en plus de mes propres albums, beaucoup de bandes sons pour l’image et le spectacle vivant (Cie de danse).

Au-delà de votre appartenance à ce pays, pour quelles raisons êtes-vous actuellement au Cameroun?

J’ai toujours été très attaché au Cameroun, malgré le fait que je vive depuis plus de 25 ans en France. Mais je suis toujours revenu pour la famille (mon père vit à Yaoundé) et pour la musique. J’ai un public ici au Mboa qui apprécie beaucoup tout ce que je compose, chante ou produit et cela me touche beaucoup… cette fois-ci j’ai été invité à la 1ère édition du « festival de la saison sèche » à Douala consacré à la musique classique. J’ai donc pu présenter des compositions issus principalement de mon travail avec l’image (films, reportages, danse) le tout interprété par un quator à cordes, un pianiste et un guitariste… très belle rencontre ! J’ai même chanté ma chanson phare « C’est pas facile » en version classique !

Vous vous définissez comme quelqu'un de fondamentalement sensible aux autres. Est-ce cette sensibilité qui a joué dans l'élaboration du projet Culture Mboa ?

Ma sensibilité musicale et mon amour pour les autres artistes (chanteurs, musiciens, danseurs) a toujours été profonde en moi. J’aime les associations, les synergies des compétences autant artistiques qu’intellectuelles... La création du collectif Culture Mboa est née de cette sensibilité. Pour remettre les choses dans leur contexte, il faut savoir qu’avec Henri Dikongué nous avons vendu pas loin de 100 000 cassettes payés, malgré la piraterie qui sévissait déjà en ce temps là (1995/2000), mais un vrai marché organisé par des professionnels existait.

Quand j’ai donc voulu sortir mon premier album de chansons sous mon pseudo Wambo, je me suis vite confronté a une dure réalité : la piraterie avait envahi tout le marché et seuls quelques « faux » commerçants subsistaient et arnaquaient régulièrement les artistes. C’est le grand artiste gabonais Pierre Akendengué , venu enregistrer son album dans mon studio en 2004 et avec qui j’ai tourné un moment, qui m’a donné l’idée de créer un circuit de distribution de CD dans des magasins et grandes surfaces. Il pratiquait ce système de dépôt-vente pour ses propres disques.

Comment s’est constitué « Culture Mboa » ?

Pour l’histoire : c’est en fait avec Blick Bassy (ex Macase, groupe qui m’accompagnait lors de mes concerts au Cameroun) que j’ai commencé à parler de ce projet en 2005 ; nous avons commencé à prospecter quelques gérants de grands magasins à Douala et Yaoundé pour voir si un tel projet (dépôt/vente de CD originaux) pouvait les interésser… puis Blick est parti s’installer définitivement en France. J’ai donc proposé à Ruben Binam (claivier du même groupe) de s’associer à ce projet. Je trouvais que cet homme était une personne volontaire et engagé dans une volonté de changer le paysage culturel camerounais. Il venait de monter son label et studio (Alizés records) et avait aussi besoin d’un réseau de distribution fiable de CD. C’est lui qui m’a présenté Jacques Greg Belobo qui avait aussi une idée similaire…. Nous avons donc commencé un « brain storming » et le nom de « Culture Mboa » est sorti. Restait a structurer ce collectif. J’ai donc proposé de scinder CULTURE MBOA en 2 entités séparés et complémentaires :

- Un GIC (groupement d’initiative commune) dont les actionnaires sont Jacques Greg Belobo, Gaby Fopa, Pierre-Michel Hapy et moi-même qui détient 70%. Cette structure assure la gestion de la vente des CD.

- Une association dont la présidence serait assuré par Ruben Binam (sur mes recommandations et par soucis d’équité, puisse qu’il n’avait pas investi d’argent dans le GIC). Son rôle étant de communiquer de façon permanente sur les méfaits de la piraterie dans la carrière des artistes (j’ai d’ailleurs à ce propos enregistré beaucoup de spot vidéo des artistes eux-mêmes et signé un partenariat avec Canal 2 pour leurs diffusions).Assurer la rédaction des courriers et demandes de subventions, etc… Jacques Greg Belobo s’est retiré de la gestion du collectif très rapidement, expliquant qu’il ne trouverait pas assez de temps et d’énergie pour cela.

Pendant les 3 premières années, je me suis défoncé sur ce projet, sacrifié ma vie de famille, investi de l’argent… et même mis la promotion mon propre album entre parrenthése. Donc 2 à 3 fois par an au Cameroun, mobiliser les artistes , rencontrer ceux de la diaspora et des Etats Unis pour leur faire comprendre qu’il fallait qu’on se regroupe en adhérant au collectif … que je leur assurait une bonne gestion du GIC. Mars 2008, j’emmène le projet au ministère de la culture… la ministre décide alors de nous soutenir bien au de là de nos espérance s : une étude mené par Mr Tankoua Félicité et commandé par le Mincult nous propose un budget de 100 millions Fcfa afin que l’on puisse couvrir tout le territoire camerounais, avec agrément à la clé ! Nous sommes fou de joie ! Après tous nos efforts… malheureusement je ne savais pas que j’allais à partir de là, me faire doubler par mon collaborateur….

Il commence par organiser subitement et sans ma concertation des ventes « promotionnels » à 2500fr le CD (difficile après de redonner 3000fr à l’artiste qui a signé un contrat sur ces modalités !)… dès que je suis reparti, il commence à dire partout et surtout au ministère que c’est lui qui a crée ce collectif, fait le « Black out »total dans nos échanges… j’apprends qu’il touche déjà des subventions de la part du Mincult. Je lui fais donc part de mon mécontentement dès mars 2009 en soulignant son comportement non respectueux à l’égard de toute la confiance que j’avais placé en lui. Bref, celui que je considérais comme mon petit frère et ami était en train de jouer la carte solo pour n’avoir pas de compte à rendre à personne.

Concours de circonstances, cette année là j’étais en plein divorce et ne pouvais absolument pas me rendre au Cameroun de manière urgente… c’est vrai que ça m’a vraiment fait mal au cœur de le voir profiter de cette période douloureuse de ma vie privé pour s’approprier la gestion de ce collectif.

Et quel bilan tirez-vous aujourd'hui de ses 5 ans d'existence ?

Mon constat est très mitigé : d’un côté le circuit de distribution s’est considérablement élargie (mais combien de millions du Mincult ont été nécessaire pour cela ?) le volume des CD vendu aussi forcement…. Mais là où il y a un gros problème c’est que la plupart des artistes ne touchent pas l’argent de leurs ventes. Le collectif me doit personnellement plus de 400.000 fr cfa depuis 3 ans ! Aucune communication avec les artistes, ni les médias. La population ne sait toujours pas où trouver les Cd de Culture Mboa. Ruben a abandonné le projet des spots télévisés (alors que j’ai composé gratuitement le générique du 20h de Canal 2 en échange de leurs diffusions gratuite) Donc actuellement, les artistes sont très déçus de la manière dont ce collectif fonctionne et réclame une assemblée générale.

Sans juger, quel regard jetez-vous sur la question du droit d’auteur qui se pose actuellement au Cameroun, avec des débats (règlements de compte) qui touchent plus aux personnes qu’au sujet proprement dit ?

Après avoir été membre de la Socinada et de la CMC, j’avoue que personnellement j’ai baissé les bras et renoncer à m’affilier pour l’instant à la Socam (mais je ne dis pas que c’est une bonne chose !) je n’avais pas envie de repayer les déclarations de toutes mes œuvres et toucher des miettes ! Wait and see !

Vous dites sur le plateau de Mme Kala Lobé Suzanne, je vous cite: « j'ai crée, il ya 5 ans culture mboa pour les artistes, j'y ai mis au départ 5 millions de FCFA, aujourd'hui Ruben s'est accaparé de tout le business, moi même j'ai l'impression d'être écarté du deal, il faut bien que Ruben dise aux artistes ce qu'il fait de la subvention que le ministère de la culture accorde à Culture Mboa. »

C’est vrai que j’ai mis 5 millions Fcfa de ma poche (Billets d’avion, visa, meubles, déplacements, téléphone, salaires de Yves Ekani qui faisait les recouvrements pendant les 3 premières années). Si Ruben Binam voulait gérer cette structure tout seul, il aurait été plus correct de sa part de me le faire savoir, de racheter les parts et les dettes des actionnaires ! C’est trop facile de s’assoir sur l’argent des autres (artistes, subventions et investisseurs).

En quelque sorte vous êtes entrain de dire que vous assistez à un hold-up en règle de votre projet par ce Ruben et qu'en même temps, il y a une malversation financière pour couronner le tout. Car la subvention allouée à Culture Mboa semble s'évaporer dans la nature et qu'une fois de plus les artistes n'y voient que du feu....

Oui il y a malversation financière tant par rapport aux artistes-adhérents que par rapport au ministère de la culture qui nous a fait confiance et bien sûr moi-même ! Mais la malhonnêteté se paye toujours un jour… il y a un moment où les belles paroles et les discours ne font plus recettes. Nous réclamons haut et fort une assemblée générale afin qu’il vienne justifier de la gestion du collectif depuis les 2 dernières années. Culture Mboa est un super projet qui doit absolument fonctionner tel que je l’avais conçu : informations, réunions et partage des taches en fonction des compétences de chacun. Cela ne doit pas être l’affaire d’un seul individu qui de surcroit à l’heure d’aujourd’hui n’a plus aucun crédit auprès des artistes camerounais!

Lorsqu'on laisse sa vache au voisin, ne court-on pas le risque de se la voir confisquer ou alors de ne jamais boire à son lait ? N'était-ce pas prévisible, si hold-up il y a, que le projet pouvait vous filer entre les doigts ?

Tout à fait…. J’avoue que j’ai pris une bonne leçon !

Avez-vous déjà été reçue par la ministre Ama Tutu depuis ? Et que dit-elle au sujet de cette énième affaire sur les artistes, l'argent et la piraterie ? Quelle est sa position par rapport à votre affaire ?

Lors de mon précédent voyage au Cameroun en janvier 2011, je lui ai remis un rapport complet sur la situation, tel que je l’a décris ci-dessus. Je sais que M. Binam a été convoqué… et comme par hasard certains artistes ont été payé et des nouveaux kiosques ont été installé sur les trottoirs de Yaoundé. Mais sa position est légitime : elle ne peut s’ingérer dans notre association, nous devons faire nous même le ménage !

Certains artistes dont je ne citerai pas les noms, parlent même que « Culture Mboa » ne leur reversent pas l'argent de la vente de leurs produits. Que dites-vous de çà ?

Je suis vraiment choqué, comme je le disais plus haut…. Surtout quand on sait ce que le ministère a donné comme subventions ! Et imaginez ma propre position : pas payé, plus d’albums dans le réseau que vous avez vous-même créé !!!

Quel est de votre côté, le retour que vous avez des artistes dans leur majorité ?

Ils sont tous très déçus … d’autant plus que cela vient de la part d’un gars « de la maison » pour reprendre l’expression d’un musicien proche de Ruben Binam. Et il faut bien comprendre que moi-même, qui avais tellement sollicité pendant 3 ans les artistes à venir nous rejoindre, me suis retrouvé dans une position très délicate. Tous ces gens là me demande aujourd’hui de « reprendre cette affaire »…. Mais attention ! Là où je partage le point de vue de Ruben Binam, c’est qu’il ne suffit pas de payer leur adhésion et laisser ses CD pour que les choses se passent !

Comment comptez-vous donc régler ce différend qui une fois de plus, en plus de ternir l'image de la gestion de l'affaire culturelle et musicale, semble même toucher la vôtre. Elle semble même jeter un discrédit sur vous.

Les solutions aux problèmes doivent se trouver ENSEMBLE. Comme je le disais plus haut, Culture Mboa est un GIC et surtout une association… donc il faut organiser une assemblée générale afin de poser tous les questions et d’avoir enfin les comptes sur la table afin de trouver une solution dans le dialogue et le calme. Malheureusement, quand j’ai soumis l’idée en janvier dernier à Ruben Binam, sa réponse m’a laissé sans voix : « je n’ai rien à dire à ces gens là ! » Quant à mon image et mon statut d’artiste je n’ai pas de problème. Vous savez beaucoup d’artistes m’ont vu à l’œuvre pendant des années et ont plutôt pitié de moi ! Ici au Mboa on sait qui fait quoi et comment… le comportement de chacun est analysé systématiquement !!!

Que pensez-vous de vous, je parle de l'ensemble des musiciens camerounais ? N'avez-vous pas l'impression que vous manquez, pour beaucoup, de solidarité, de générosité et que nombreux n'ont pas une vision plus loin que l'argent qu'ils peuvent percevoir ?

Tout à fait ! C’est aussi la grande leçon que j’ai tiré de cette expérience… il est trop facile de gueuler dehors et ne jamais avoir le courage de se réunir (avec ou sans moi d’ailleurs) afin de trouver une solution ensemble. Trop d’artistes sont égoïstes et ne calculent que leur « gombos »…. Du coup on peut alors les « frapper » comme on veut… d’ailleurs c’est en grande partie pour cette raison que la piraterie s’est installé à ce niveau là au Cameroun… j’ai l’habitude de dire que les benskiners sont plus structurés et donc plus efficace face à leurs revendications ! La vision à court terme et solitaire ne paye pas. Prenons l’exemple sur nos voisins nigérians !

Je vous laisse le mot de la fin.

Un extrait de ma chanson « Ce n’est pas facile » : Je dis « solidarité » ce n’est pas manger tout seul Je dis « solidarité » ce n’est pas rouler, rouler toujours solo ! Donner son cœur en amitié, dans la vie ce n’est pas facile ….

Repost 0
Published by CAMEROUN STAR - dans Manuel Wandji
commenter cet article
10 mai 2011 2 10 /05 /mai /2011 00:50

En match en retard des 16e de finale aller de la ligue des champions d’Afrique de football, Coton sport de Garoua a sévèrement battu à domicile, les Algériens d’Ente8a6bb95753.jpgnte Sportive de Sétif sur le score sans appel de 4 buts à 1. Les deux équipes se retrouvent dans quatre jours en Algérie, pour la manche retour.

 

 Programmation rare, l’équipe de l’Entente sportive de Sétif séjourne depuis jeudi dernier au Cameroun pour la seconde fois en l’espace d’un an. L’année dernière presque à la même période, les Algériens étaient venus disputer au stade de la Réunification de Douala, un  match aller des 16èmes de finale de la ligue des champions contre Union sportive de Douala.  l’Entente y avait battu Union sur le score de 2-0, avant de confirmer à domicile deux semaines plus tard au match retour par un large score de 5-0.

La seconde aventure en terre camerounaise a très mal tourné samedi dernier au stade Roumdé Adjia de Garoua devant l’équipe locale Coton sport. « Nous espérons que nous allons assez récupérer pour tenir tête à cette formation parce que notre voyage a été pénible. Nous avons eu plus de six heures d’escale à Casablanca au Maroc. Il est maintenant question de se mobiliser pour essayer de faire un bon match samedi à Garoua », avait déclaré la veille du match l’air fatigué, Francis Ambané, l’international camerounais de l’ESS.

A l’épreuve des faits, les visiteurs qui n’ont pas eu assez de temps pour s’acclimater, ont fait naufrage devant les Contonculteurs. A la fatigue du long voyage, est venue s’ajouter la canicule estimée à 42e c. Pourtant, la première mi-temps, bouclée sur le score de parité d’un but partout, a laissé transparaitre une équipe de l’ESS bien solide. De l’ouverture du score à la 11e minute par l’attaquant Mbongo Ewangue Emmanuel tout fraichement revenu avec les Lionceaux de la CAN Juniors Afrique du Sud 2011, il y a eu la réplique de Lazhar Hadj, 23 minutes plus tard, pour le compte des visiteurs. Les Sétifiens ont sombré en seconde mi-temps, encaissant trois autres buts en l’espace de 33 minutes. Des réalisations signées, Babanda, Lassina et Momi Hilaire, l’international centrafricain de Coton sport.  

Si le champion du Cameroun s’est montré sous un beau jour, ça pas été le cas pour ses internationaux revenus dare-dare après la CAN sud africaine, pour les besoins de la cause. Sali Edgar élu meilleur joueur de la CAN 2011 et Haman Jacques tous deux en très petite forme, ont dû céder leur place en cours du jeu. Bien qu’il soit demeuré muet samedi dans le stade omnisport de Garoua, Jacques Haman détient le titre de meilleur buteur de son équipe en ligue des champions cette saison avec trois buts à son compteur.

Le match retour qui s’annonce très difficile pour les Sétifiens, est fixé au vendredi 13 mai 2011 au stade du 8 mai 1945 de Sétif. « La qualification pour les poules fait parti des objectifs du club. Déjà, sur le plan local nous ne réalisons pas une bonne saison sportive… Il ne nous reste que cette Ligue des Champion pour sauver notre saison. Donc, le fait de ne pas se qualifier serait une catastrophe pour nous. On a quand même l’avantage du tirage au sort qui nous permet de commencer à l’extérieur, ce qui nous permet de savoir ce que vaut l’adversaire avant le match retour chez nous» avait laissé entendre à son arrivée au pays natal, Francis Ambané. C’est dire que rien n’est encore gagné pour les Camerounais. L’Aigle Noir et les Cotonculteurs s’envolent en principe dans le même avion ce lundi pour l’Algérie, via Douala.

Repost 0
Published by CAMEROUN STAR - dans coton sport
commenter cet article
10 mai 2011 2 10 /05 /mai /2011 00:45

Play-Off I: 7ème journée
Eric Matoukou et le Racing Genk ont été plus forts que Anderlecht puisque les limbourgeois
ont battu les bruxellois 1-0 au Cristal Arena avec un excellent Matoukou en défense cAlexandre-Song-copie-1.jpgentrale.

Le Standard de Liège grâce à un travail offensif de Aloys Nong et surtout un but du jeune Axel Witsel a gagné le FC Bruge 1-0. Le match qui se disputait à Liège était aussi l'occasion d'assister à un duel à distance entre Nong, l'homme en forme du moment au Standard et le brugeois Dorge Kouemaha  le meilleur camerounais de la ligue Jupiler lors de la défunte saison.

Play-Off II-A
Ghomsi termine sa saison sur le banc et Malines son club se fait battre par le Lierse 4 buts à
3.

Play-Off II-B
Wamfor et le Germinal d'Anvers terminent leur saison sur un match nul blanc 0-0 à Courtrai,
Wamfor est cité en Bundesliga.

Westerlo, la surprise de la fin du championnat a réalisé le plus lourd score du royaume ce eek-end battant Zulte Waregem 7 buts à 1. Belle prestation du milieu du terrain défensif

Evariste Ngolock qui va ainsi disputé la finale des play-off II contre le Cercles de Bruges. L'enjeu étant une place qualificative pour les prémiminaires de l'Europa League. Westerlo le club flandrien jouera la finale de la coupe de Belgique le 21 mai prochain contre le Standard de Aloys Nong.

Repost 0
Published by CAMEROUN STAR - dans cameroun
commenter cet article
10 mai 2011 2 10 /05 /mai /2011 00:38

Le technicien espagnol Javier Clemente Lazaro et François Omam Biyik, son adjoint, ont fait pratiquement le tour d'horizon. Rien n'a été négligé. L'entraîneur sélectionneur ne s'est pas limité à dévoiler le programme de préparatioLions_indomptables310309275.jpgn, pour affronter le Sénégal le 4 juin prochain, il a en même temps soulevé les cas Joël Matip, Alexandre Song, Achille Webo et Benoît Assou-Ekotto.
« Joël Matip est un grand joueur pour le futur », a déclaré Javier Clemente. Et pourtant le joueur de Schalke 04 en Allemagne n'a pas été convoqué pour affronter les Lions du Sénégal le 26 mars dernier.

Eclairage de Clemente : « Pour ce match, j'avais besoin des joueurs d'expérience. Matip est un joueur d'avenir, mais, pour le moment, il a des difficultés à déplacer sa grande taille sur le terrain ».

Pour le cas Assou-Ekotto, Javier Clemente fait également une révélation étonnante. « J'ai remarqué que les Sénégalais jouaient beaucoup de la tête. Après le match amical contre la Macédoine, Gaétan Bong a prouvé qu'il était plus fort dans le jeu aérien. C'est pourquoi je l'ai préféré à Assou-Ekotto. Mais, quand Bong a été blessé en championnat, j'ai aussitôt rappelé Assou-Ekotto ». Pour conclure, le coach, très sûr de lui, indique que contrairement à ce qui a été dit, sur la convocation des deux professionnels, « personne ne m'a imposé de joueurs. J'ai les mains totalement libres et j'assume mes choix ».

Sur « l'affaire Assou Ekotto et Joël Matip », dont les noms ont été ajoutés à la liste des 23 joueurs convoqués le 14 mars dernier, Clemente a pourtant affirmé : « Ce n'est pas moi qui ai convoqué ces deux joueurs ». Et comme pour prendre le public ou toute autre personne à témoin, le sélectionneur des Lions indomptables a exigé du ministre des Sports, Michel Zoah, qui a imposé, selon lui, ces deux joueurs, un document écrit pour l'assumer clairement.

Et le cas Achille Webo ? Le sociétaire de Real Majorque en Espagne a un physique de gladiateur, 1m80 pour 78 kg, mais il manque d'efficacité devant les buts. Face à cette situation, un journaliste pose la question suivante à Javier Clemente : A quoi sert Achille Webo ? Réponse du coach : « Vous critiquez tout. Pour les journalistes, la défense n'est pas bonne. Le milieu de terrain n'est pas compétent, l'attaque ne tourne pas. Ce qui revient à dire que le Cameroun est pfff.... Vous critiquez tout. Mais, pour moi, Achille Webo est un très grand joueur ».

Dernier problème évoqué : Alexandre Song. Un sujet délicat sur lequel s'est prononcé François Omam Biyik : « L'entraîneur a toujours exprimé son désir de voir revenir Alexandre Song. Malgré les démarches entreprises pour le ramener dans l'équipe, nous n'avons pas senti une réelle volonté de sa part. Alors, le coach ne voit pas l'intérêt qu'il y a à convoquer un joueur qui ne veut pas jouer avec son pays ».

On se souvient qu'après le match nul réalisé le 09 octobre 2010, par les Lions indomptables à Garoua, face à la Rdc, le ministre des Sports et de l'éducation physique, Michel Zoah, a dépêché une mission de trois personnes (Roger Milla, Francis Mveng et Me Enama) en Europe, pour rappeler les joueurs dits « bannis » ou « suspendus », (Achille Emana, Idriss Carlos Kameni et Alexandre Song) de la sélection nationale du Cameroun depuis la coupe du monde foireuse en Afrique du Sud (11 juin – 11 juillet 2010).

Seulement, maman Song rétorque que son fils ne devrait plus porter le maillot vert, rouge et jaune. D'après camfoot.com, la mère du sociétaire d'Arsenal a « peur pour la vie de son fils ». Elle lui demande donc de se concentrer désormais sur son club et de faire une croix sur la sélection nationale. Une décision que les supporters camerounais regrettent.

Repost 0
Published by CAMEROUN STAR - dans LIONS INDOMPTABLES
commenter cet article
8 mai 2011 7 08 /05 /mai /2011 23:33

L’Hexagone s’est longtemps amusé d’une blague célèbre sur son tennisman favori: « Quand Noah gagne il est Français, quand il perd il est Camerounais. » Devenu chanteur, le dernier vainqueur tricolore de Roland Garros a fait deact_joakim_noah.jpg ses racines africaines son produit d’appel, celui de la différence. « Je suis métis », le fiston Joakim connaît le refrain par coeur. Né à New York d’une mère suédoise, le fils de Yannick reste aussi un Camerounais de coeur. Pas seulement de sang. Son grand-père Zacharie y vit, son papa y retourne souvent, lui « chaque année. » Donc quand l’icône NBA de la Corne se pointe dans les vestiaires des Bulls pour féliciter son ancien assistant coach Tom Thibodeau, Jooks est comme un dingue. Mutombo, c’est « total respect« .

« Tous les joueurs Africains de la ligue, on l’appelle Monsieur l’Ambassadeur. Il construit des hôpitaux, que dire de plus ? Qui d’autre peut en dire autant ? C’était génial de le voir, je suis un grand fan. Il a ouvert beaucoup de portes pour le continent en NBA, il mérite notre amour à tous« , assure le pivot des Bulls en voyant Deke quitter le vestiaire.

Repost 0
Published by CAMEROUN STAR - dans Joakim Noah
commenter cet article
8 mai 2011 7 08 /05 /mai /2011 23:26

Titulaire lors de la victoire du LOSC face à Arles-Avignon (5-0), Aurélien Chedjou avait dû céder sa place au bout de 22 minutes de jeu, touché aux ischio-jambiers, alors qu’il était incertain. Cette fois-ci, Rudi Garcia n’a pas pris de risque et a laissé le défechedjou-aurelien-20512.jpgnseur central sur le banc au coup d’envoi de la rencontre face à Nancy. Il a été remplacé dans le onze de départ par David Rozehnal. La dernière fois que le Camerounais n’a pas démarré une rencontre en Ligue 1 en tant que titulaire remonte à la 14ème journée, lors de la victoire du LOSC face à Monaco au Stadium Lille Métropole (2-1).

Repost 0
Published by CAMEROUN STAR - dans Aurélien Chedjou
commenter cet article

Présentation

  • : camerounstar
  • camerounstar
  • : ICI POUR PUBLIER TOUS SUR LES ACTUALITES DES STARS CAMEROUNAIS (E) SANS EXCEPTION. N'EXISTE PAS A T'ABONNER
  • Contact

Profil

  • EBOULE SAMUEL
  • JEUNE CAMEROUNAIS INNOVANTEUR DE LA CULTURE
CAMEROUNAISE.
EBOULE SAMUEL EST MON NOM ET TU PEUX ME RETROUVER SUR FACEBOOK GRACE A CE NOM.
  • JEUNE CAMEROUNAIS INNOVANTEUR DE LA CULTURE CAMEROUNAISE. EBOULE SAMUEL EST MON NOM ET TU PEUX ME RETROUVER SUR FACEBOOK GRACE A CE NOM.

Recherche

Liens